Une pointe d’Histoire, et des suggestions à propos de choses à faire et à voir à Orléans et ses alentours…

Orléans et le Loiret


Credit : http://www.orleans-metropole.fr

CAPITALE RÉGIONALE de la région Centre Val de Loire, Orléans et son agglomération comptent 275 000 habitants à seulement 120 kilomètres de Paris. La ville, fidèle à son passé, s’emploie à développer économie, culture et enseignement, tout en préservant la qualité de vie qui la caractérise. L’inscription du Val de Loire sur la Liste du patrimoine mondial en 2000 est une reconnaissance supplémentaire de cette qualité. Sur le plan économique, Orléans fait partie de la prestigieuse « Cosmetic Valley ». La ville affirme son rôle de capitale régionale et se positionne comme l’une des principales métropoles d’équilibre du Bassin parisien.

Orléans

Un peu d’Histoire …

Dire qu’Orléans tient une grande place dans l’histoire de France est un pléonasme. L’histoire de France est liée à Orléans et ce, depuis l’Antiquité.

Cenabum est naturellement érigé au nord de la boucle de la Loire, lieu stratégique. Les Romains développent le port sur le fleuve pour le transport des céréales. Conscients de son importance stratégique, les envahisseurs reconstruisent des remparts sous l’impulsion de l’empereur Aurélien au IIe siècle, et la ville est rebaptisée Aurelianum.

A la chute de l’Empire Romain, la ville subit les invasions barbares : en 463, la bataille d’Orléans voit s’opposer les Wisigoths aux troupes du roi des Francs Childéric. Les Francs n’achèveront la conquête de la région qu’en 486 sous le règne de Clovis. C’est à la mort de ce dernier qu’est constitué le royaume d’Orléans.

En 732, le carolingien Charles Martel rattache Orléans à son royaume puis Charles II le Chauve fait de la ville la capitale du royaume et s’y fait sacrer roi en 842. Le destin royal d’Orléans débute. Ainsi, l’époque capétienne s’ouvre avec le couronnement d’Hugues Capet à Orléans le 25 décembre 987.

Mais le tournant de l’histoire d’Orléans est également un des tournants de l’histoire de France. En pleine Guerre de Cent Ans, Jeanne d’Arc parvient à vaincre les Anglais et à libérer la ville le 8 mai 1429. Après la guerre, la ville retrouve vite sa prospérité notamment grâce à Louis XI qui développe l’agriculture de l’Orléanais. A la Renaissance, Orléans continue de faire partie intégrante de l’histoire de France avec le passage de Jean Calvin et du roi lui-même. C’est dans une chambre de l’hôtel Groslot que François II meurt en 1560.

Après avoir accumulé des richesses, la ville doit attendre l’arrivée de la compagnie ferroviaire Paris-Orléans en 1852 pour retrouver son lustre d’antan stoppé net par la Révolution et l’époque Napoléonienne. Son développement se poursuit jusqu’à la 2e Guerre mondiale, et malgré de sévères bombardements par les Allemands puis les Alliés à la Libération, Orléans sera l’une des premières grandes villes de France reconstruite. Aujourd’hui capitale régionale de la région Centre, la ville a reçu en 2009 le prestigieux label « Ville et Pays d’art et d’histoire » pour souligner ce riche passé historique mais aussi pour récompenser la politique de valorisation de son patrimoine entrepris depuis une dizaine d’années.

Que voir à Orléans ?

LA CATHÉDRALE…


Credit : http://www.orleans-metropole.fr

Elle se caractérise par son style gothique, sa remarquable homogénéité, ses 140 mètres de long et ses cinq nefs. Ses vitraux colorés représentant Jeanne d’Arc sont également à voir. Par ailleurs, de superbes stalles et lambris datant du début XVIIIe siècle décorent le chœur de l’édifice. En été, laissez-vous tenter par. l’ascension vers les tours, pour une promenade qui vous mènera au pied des anges (les huit qui ornent le sommet des deux tours). Le chemin de ronde offre un panorama à 180° sur la ville qui s’étale alors sous vos yeux, avec ses rues, ses monuments et ses jardins. Vous pourrez aussi mesurer l’impressionnant travail des bâtisseurs à l’origine des gargouilles, des arcs-boutants mais aussi des personnages qui contribuent à la splendeur de cette cathédrale.

…ET SON ANCIEN ÉVÊCHÉ


Credit : Croquant

Implanté sur l’enceinte antique, l’évêché fait l’objet de constructions successives du XVIIe siècle jusqu’à la Révolution. Le corps de bâtiment symétrique, la façade rythmée de hautes fenêtres et l’escalier d’honneur confèrent à cet édifice une grande majesté. Son jardin offre une vue imprenable sur le chevet de la cathédrale.
En 1905, à la séparation de l’église et de l’état, un nouvel aménagement du jardin se dessine. Les parterres que nous connaissons aujourd’hui prennent place devant le bâtiment devenu bibliothèque. En harmonie avec l’architecture, le jardin n’est que lignes droites et rigueur. Le style classique s’impose et renoue avec le passé. Selon les saisons, de grosses poteries plantées de daturas, cannas ou bananiers agrémentent les allées.
A l’angle nord-est, se trouvent des vestiges de l’ancienne muraille gallo-romaine de Cenabum devenue Orléans ; c’est à cet endroit même que le jardin offre un point de vue remarquable sur le chevet de la cathédrale. (Sources bibliographiques 2002 : Archives Municipales et Archives Départementales. Revue Hommes et Plantes n°26)

L’HÔTEL GROSLOT


Credit : http://www.orleans-metropole.fr

Jacques Groslot, bailli d’Orléans, fait construire son hôtel particulier entre 1549 et 1553. Ce bâtiment est attribué à l’architecte Jacques Androuet Du Cerceau. Sa façade en pierre et brique présente trois pignons dont un central en retrait. L’étage noble, surélevé par un niveau de soubassement, est ouvert sur la cour d’honneur par de grandes baies. En 1790, l’hôtel change de fonction et devient la mairie d’Orléans. Au XIXe siècle, la place de l’Etape est nivelée. La cour d’honneur, descendue d’environ un mètre, est fermée par une grille monumentale. Entre 1850 et 1854, l’architecte Albert Delton modifie le plan d’origine et ajoute deux pavillons sur cour et une aile sur jardin. Il décore les nouvelles pièces d’apparat (cheminées, plafonds et tentures peintes) dans les styles gothique troubadour et néo-Renaissance. À l’arrière, un jardin public est ouvert.

LE MUSÉE DES BEAUX-ARTS

Pendant la Révolution, le mécène et collectionneur Aignan-Thomas Desfriches et le peintre Jean Bardin rassemblent des œuvres d’art. Ainsi naît le premier musée ouvert au public en 1797. Il est installé depuis 1984 dans un bâtiment conçu par Christian Langlois. Les 700 œuvres exposées couvrent la création artistique européenne du XVe au XXIe siècle. Le musée possède un important fonds de peintures d’écoles étrangères. Il est aussi renommé pour ses collections françaises des XVIIe et XVIIIe siècles, son cabinet de pastels et ses collections graphiques.

LA MAISON DE JEANNE D’ARC

La Maison dite de Jeanne d’Arc est l’ancienne demeure de Jacques Boucher, trésorier général du duc d’Orléans chez qui la Pucelle a séjourné en 1429. Fortement endommagée en juin 1940, la maison est reconstruite et achevée en 1965. Elle est consacrée depuis 1976 à Jeanne d’Arc.

LE PARC FLORAL DE LA SOURCE


Credit : http://lyc-charles-peguy-orleans.tice.ac-orleans-tours.fr/

Implanté à Orléans, le Parc Floral doit son nom à la rivière qui y prend sa source. L’Abîme et le Bouillon, ses deux principales résurgences, constituent un phénomène hydrogéologique remarquable au cœur de ce site préservé. Étonnant à chaque saison, le Parc Floral de la Source est un véritable lieu de détente ! Bulbes, iris, dahlias, roses, prairies, vivaces, fuchsias, arbres admirables, massifs de fleurissement et autres jardins thématiques (rocaille, potager, etc.) sauront vous séduire. Également parc zoologique, laissez-vous enchanter par plus de 350 animaux : flamants du Chili, oiseaux exotiques, canards, mammifères, papillons tropicaux. Pour compléter la visite vous pourrez profiter des services du petit train, jouer au minigolf, ou louer une voiture à pédales.

Avenue du Parc Floral
45100 – ORLEANS
Tél. : 02 38 49 30 00
Mail : moc.e1511452422cruos1511452422aledl1511452422arolf1511452422crap@1511452422ofni1511452422

Les spécialités d’Orléans

CONFISERIE ET CHOCOLAT

Dès le règne de Louis XI, le Cotignac fait la renommée d’Orléans. Célébrée par Rabelais, cette gelée de coing cuite, moulée dans de petites boîtes en bois d’épicéa, est offerte à toutes les personnalités de passage. À la faveur des importations de sucre et de cacao, la confiserie et la chocolaterie se développent dès la fin du XVIIIe siècle. Au siècle suivant, la maison Saintoin livre chocolats, liqueurs et autres bonbons dans toute la France. À la même époque, la maison Auvray reçoit des distinctions internationales et vend dans plus de 20 départements.

VINAIGRE ET MOUTARDE

La production de vinaigre à Orléans est liée à celle du vin. Le vinaigre était produit dans des tonneaux où l’on mélangeait du vin à du vinaigre déjà constitué ; la multiplication des bactéries au contact de l’air transformait le vin en vinaigre. Fabrication et commerce du vinaigre commencent dès le XIVe siècle à Orléans et voient leur apogée au XVIIIe siècle. La ville est aussi un lieu de production de moutarde, le vinaigre en étant l’un des principaux ingrédients. Aujourd’hui, la cité ne compte plus qu’un seul vinaigrier également moutardier, l’Entreprise Dessaux.

L’HORTICULTURE ET LA SAINT-FIACRE

Sujette aux inondations, la rive gauche de la Loire est peu urbanisée jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. C’est un espace propice aux vignes, vergers et pépinières dont la réputation dépasse largement la ville. La corporation de Saint-Fiacre, créée en 1806, célèbre annuellement son patron fin août. Le quartier est alors décoré de fleurs, fruits et légumes. Cette fête donne souvent lieu au baptême d’une nouvelle variété de rose.

FÊTES JOHANNIQUES ET FESTIVAL DE LOIRE


Credit : © Maxppp – Pascal PROUST

Deux manifestations permettent aux Orléanais de redécouvrir l’histoire de leur ville. Chaque année et presque sans interruption depuis 1429, Orléans célèbre Jeanne d’Arc. Les fêtes retracent toutes les étapes du séjour de la Pucelle à Orléans, de son arrivée, le 29 avril, à la levée du siège par les Anglais, le 8 mai. Autre événement majeur, le Festival de Loire a été créé en 2003 à l’initiative de la municipalité pour permettre aux Orléanais de se réapproprier la Loire. Les quais d’Orléans accueillent ainsi, tous les deux ans, en septembre, le plus grand rassemblement européen de la marine fluviale.


Credit : http://www.my-loire-valley.com/

Et aussi…

À proximité d’Orléans

Les villes de Blois, Bourges, Chinon, Loches, Tours et Vendôme bénéficient de l’appellation Villes d’art et d’histoire. Les Pays Loire Touraine, Loire Val d’Aubois et la Vallée du Cher et du Romorantinais bénéficient de l’appellation Pays d’art et d’histoire.

Renseignements, réservations : Mairie d’Orléans Direction Tourisme, Événementiel et Promotion du Territoire, ‘Service Ville d’art et d’histoire’ – Place de l’Étape – 45000 ORLÉANS
Tél. : 02 38 68 31 22
Mail : rf.sn1511452422aelro1511452422-elli1511452422v@hav1511452422s1511452422
Site : www.orleans-agglo.fr

La Loire à Vélo, une expérience unique en découvertes et émotions !

La Loire à Vélo c’est :
– 800 kms d’itinéraires balisés et sécurisés
– 2 régions traversées (Centre et Pays de Loire)
– 6 départements (Cher, Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire, Maine-et-Loire, Loire-Atlantique)
– 1 Parc Naturel Régional (‘Loire-Anjou-Touraine’)
– 14 loueurs et réparateurs de vélos labellisés le long du parcours
– 150 hébergements ‘Accueil Vélo’
– 280 kms inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO

Tout au long de l’itinéraire de « La Loire à Vélo », les paysages ligériens invitent à l’évasion et à la découverte. La Loire vous propose, le temps d’une balade à vélo, les clés de 2000 ans d’Histoire.


Credit : http://www.loireavelo.fr


Credit : © David Darrault http://www.touraineloirevalley.com

Sur le parcours, les pistes cyclables alternent avec de petites routes peu fréquentées. Pour votre confort et votre sécurité, l’itinéraire est balisé dans les deux sens. Suivez les panneaux !

Plus qu’un itinéraire, « La Loire à Vélo » c’est aussi un accueil et des services adaptés aux touristes à vélo.

– Un réseau d’hébergements ‘Accueil Vélo’ :
Des hébergements ouvrent leurs portes aux cyclotouristes et leur réservent un accueil privilégié : un petit-déjeuner adapté, un espace fermé pour les vélos, du matériel de réparation et beaucoup d’autres services.

– Des loueurs et réparateurs de vélos :
Tout au long de l’itinéraire, des loueurs et réparateurs professionnels de vélos se sont engagés à proposer du matériel et des prestations adaptés aux touristes à vélo (des vélos de qualité, des conseils professionnels, un service de dépannage et réparation, le transport des vélos, la mise à disposition d’accessoires, de la documentation cyclo-touristique, des infos météo, etc.).


Credit : http://www.loireavelo.fr

Retrouvez toutes les informations pratiques sur le site « La Loire à Vélo » : www.loireavelo.fr

Le Loiret

Le patrimoine architectural

L’histoire de France et celle de la Vallée des Rois ont marqué de leur empreinte forte le territoire du Loiret.

Laissez-vous conter les belles pages de l’histoire, en vous imprégnant de la vie de château : des forteresses défensives du Moyen-Age de Sully-sur-Loire, classé Grand Site du Val de Loire, de Saint-Brisson-sur-Loire et de Yèvre-le-Châtel, aux demeures romantiques des constructions des 17ème et 18ème siècles des Châteaux de la Ferté-saint-Aubin et la Bussière, en passant par les Châteaux Renaissance, avec le Château de Chamerolles et son Musée des parfums, de Meung-sur-Loire ou de Gien.


Credit : http://www.my-loire-valley.com/

Fort d’un patrimoine historique et culturel dense, le Loiret demeure un département de charme et de caractère. Le patrimoine artistique et historique du Loiret se lit dans les pierres des villes et villages.


Credit : © château de Meung – Tourisme et Loiret

Découvrez la majesté et la variété du patrimoine religieux en Loiret : la célèbre Cathédrale Sainte Croix d’Orléans, la Basilique de Cléry-Saint-André liée au souvenir de Louis XI, l’Abbaye de Saint Benoit-sur-Loire chef d’œuvre de l’art roman ou l’Oratoire Carolingien de Germigny-des-Prés, l’Abbaye royale de Ferrière-en-Gâtinais… fascinent par leurs prouesses architecturales.


Credit : http://www.baladesetpatrimoine.com/

Une terre d’eau

Porte d’entrée du Val de Loire UNESCO, le département du Loiret étire ses vastes étendues de plaines et de forêts le long du dernier grand fleuve sauvage d’Europe.


Credit : Jean-Christophe Coutand, ADT Touraine

Corridor naturel, c’est la Loire qui vous guidera pour découvrir une des extrémités du plus grand site français inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité entre Sully-sur-Loire dans le Loiret et Chalonnes-sur-Loire dans le Maine-et-Loire.


Credit : J.F. Hellio et N. Van-Ingen http://www.my-loire-valley.com/

De ses méandres bordés de forêts alluviales aux sables mordorés de ses bancs nus, de ses îles préservées à ses quais historiques, la Loire dessine le paysage et rythme, depuis des siècles, la vie des cités et des villages qu’elle traverse. Tantôt paisibles et indolentes, fougueuses et tumultueuses, ses eaux miroitantes reflètent les cieux enflammés des soleils couchants tout comme les étangs de Sologne et la grande forêt domaniale d’Orléans.

Une dimension aquatique véritablement attachante avec sa faune, sa flore et son ambiance champêtre que l’on découvre en flânant au fil du canal d’Orléans, du canal du Loing, du canal de Briare et du Canal Latéral à la Loire. Autant de scènes naturelles qui s’animent aux beaux jours avec des manifestations festives comme le Festival de Loire qui fait revivre les traditionnelles flottilles de Loire (gabarres, toues, futreaux, plates…).


Credit : Philippe DELEPINE https://www.clubcampings.com/